[vc_row rehub_container= »true » stickysidebar= »true » disable_centered_container= »true » centered_container= » »][vc_column width= »3/4″ css= ».vc_custom_1520095765466{background-position: center !important;background-repeat: no-repeat !important;background-size: contain !important;} »][vc_column_text]Se chauffer au bois est devenu quasi essentiel. Économique, écologique, performant, les éloges n’en finissent pas pour caractériser ce mode de chauffage. Cependant, un problème majeur se pose : que choisir, les bûches ou les granulés ? Voici un article comparatif qui vous aidera à opérer un choix qui sied à votre habitation ou à vos aspirations.

Modes de fonctionnement d’un insert

Qu’il soit à bois ou à granulés, l’insert a le même mode de fonctionnement même s’il existe quelques différences notables. Les différents modèles d’inserts fonctionnent de trois manières différentes :

  • Par combustion prolongée (permet de chauffer à une moindre puissance pour atteindre une plus grande autonomie, environ 8 heures).
  • Par double combustion (augmenter la performance de chauffage en brûlant une seconde fois les gaz générés lors de la première combustion. Cette deuxième étape améliore également le bilan environnemental puisque les fumées rejetées sont moins polluantes).
  • Par ventilation forcée pour augmenter la vitesse de chauffe.

Avec l’insert à bois, il suffit d’insérer une bûche et la brûler. La combustion produit une chaleur qui se répand dans la pièce par rayonnement. Contrairement à la cheminée classique, ce type d’insert dispose d’un système de circulation d’air complexe, ce qui permet d’améliorer sa performance. Un seul hic, la chaleur dans la plupart des cas n’est distillée qu’à proximité de la cheminée.

L’insert à granulés dispose quant à lui d’un fonctionnement automatisé et ce, grâce à une bougie d’allumage qui enflamme les pellets à l’heure souhaitée. Puisqu’il est programmable, il vous permet de maximiser les économies d’énergie tout en polluant moins. Il dispose aussi d’un thermostat facilitant la gestion de la température de la pièce. L’automatisation de cet insert provient également de son réservoir utilisé pour le stockage de pellets et conférant une autonomie de combustion et une facilité d’utilisation. Vous pouvez aussi établir les plages horaires de fonctionnement de votre insert. L’insert à granulés fonctionne par ventilation ou convection naturelle.

Utilisation insert de cheminée

L’insert à bois est à privilégier pour les nostalgiques et amoureux des feux de cheminée crépitant dans l’âtre. C’est un appareil de chauffage adapté à des besoins ponctuels. Pour un rendement efficace, pour une diffusion rapide de la chaleur dans plusieurs pièces, cet insert doit être installé dans une pièce centrale au rez-de-chaussée. Sinon des écarts de température se feront ressentir dans la pièce puisqu’il ne réchauffe qu’à proximité de l’âtre.

En revanche, l’insert à granulés diffuse une chaleur constante dans la pièce et ce, sur une longue durée. Autonome, programmable, moins contraignant, cet insert dispose également d’un rendement plus élevé. Il est très écologique, car le pellet, fait à base de sciure de bois, est moins polluant et non salissant. Mais il produit une flamme discrète.

Avec ce type d’insert, vous pouvez abaisser le coût de fonctionnement du chauffage central en abaissant le thermostat. Un avantage considérable.

Prix insert et combustibles

Les bûches et les pellets sont disponibles tous les deux à un prix très modique. Le bois ne vous coûte rien si vous le coupez dans votre jardin. Au marché, le bois s’obtient à 550 € pour 11 stères/an soit 50 à 70 € le stère, prix on ne peut plus abordable. Cependant, le prix des bûches est instable au fil des saisons.

L’insert à bûche vaut 900 et jusqu’à 5000 € pour les appareils haut de gamme. Avec le coût de la pose le prix peut monter de 500 à 1500 €.
Le granulé ou pellet quant à lui se vend à 978 € pour 3,26 tonnes/an. En plus, le prix reste stable tout au long de l’année et ne souffre d’aucune fluctuation géopolitique ou économique. Un insert à granulés vous coûtera en moyenne 5 000 € tout compris.

Le prix d’un insert est fonction des matériaux, du style (design), de la qualité de la finition, de la puissance de chauffage, le modèle de combustion, si un tubage ou un raccordage est nécessaire.

Dans tous les cas, il est important de signaler que pour l’acquisition d’un insert vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt jusqu’à 30 %.

Autonomie et stockage

Les bûches ont besoin d’un très grand espace de stockage près de la maison répondant à des règles très spécifiques alors que le pellet est livré en sac, bien protégé. De plus, le granulé occupe moins d’espace que la bûche.

L’insert à granulé dispose d’un réservoir pouvant contenir jusqu’à 20 kg de granulés, soit plusieurs jours d’autonomie. Il évite la corvée de charger les bûches dans la cheminée (pour raviver les flammes) ainsi que les contraintes de coupage, stockage du bois. En plus, le bois se consume rapidement. Toutefois, le bois consumé offre de belles flammes vives.

Sur le plan de l’autonomie, l’insert à bois chauffe 2 à 4 heures et demande une recharge régulière. L’insert à granulés en revanche est capable de fonctionner des heures grâce à son réservoir (jusqu’à 48 heures).

Puissance et entretien

La puissance d’un insert à bois est modulable en fonction de la quantité de bûches à charger tandis qu’un insert à pellet ne saurait aller au-delà de sa puissance nominale. Ainsi, pour augmenter la puissance d’un insert à bois, il est possible de mettre 4 bûches au lieu de 3.
Pour l’entretien d’un insert, il suffit d’un à deux ramonages par an soit un coût de 60 € environ. Les conduits d’évacuation sont astiqués par un professionnel afin d’optimiser la durée de vie de l’appareil.

L’insert à bois nécessite un nettoyage régulier. Il est nécessaire de le nettoyer quotidiennement. L’insert à granulé dispose d’un système d’auto-nettoyage. Il est cependant fortement recommandé de faire appel à un professionnel pour un nettoyage ponctuel.

Avantages inconvénients

Les inserts à bois disposent de nombreux avantages : performance, modulation de la puissance, odeur du bois, crépitement de la flamme, prix du bois, etc. Néanmoins, quelques inconvénients existent : stockage de bois imposant, chargement manuel des bûches toutes les 2 à 4 heures environ.

L’insert à granulés ou pellets dispose d’une plus grande autonomie, couvre un plus grand espace en chauffage, est programmable et automatique. Cependant, le système de ventilation est assez bruyant et une alimentation électrique est nécessaire.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/6″ offset= »vc_col-lg-offset-1 vc_hidden-sm vc_hidden-xs »][wpsm_list]

[/wpsm_list][/vc_column][/vc_row]