Jusqu’au milieu des années 70, la combustion du bois était un mode de chauffage archaïque, qui s’effectuait à l’aide de simples poêles à bois produisant des panaches de fumée. Voilà pourquoi on les installait au sous-sol des logements. C’est au début des années 80, avec la collaboration des gouvernements et des firmes industrielles sur les questions environnementales que les recherches scientifiques ont rendu ce mode de chauffage plus écologique et plus performant.

De nos jours, les appareils de chauffage au bois réunissent toutes les qualités requises pour être utilisés comme chauffage résidentiel écologique, efficace et économique.

La chaudière à bois : comment ça marche ?

La plupart des modèles de chaudière à bois qu’on retrouve aujourd’hui sur le marché sont conçues pour chauffer toutes les pièces de séjour d’une maison. Leur installation nécessite un local de chauffage suffisamment spacieux et ventilé pour optimiser leur rendement énergétique.

Dans le principe, les chaudières à bois fonctionnent comme des chaudières à énergie fossile. Le bois stocké dans l’appareil est brûlé et la chaleur qui en résulte est distribué dans la maison à travers un circuit de chauffage. C’est à ce circuit de chauffage que l’on associe généralement un ballon tampon pour allonger la durée de vie des chaudières à bois et leur permettre de produire de l’eau chaude sanitaire.

L’utilisation des combustibles

La qualité du combustible, c’est-à-dire du bois de chauffage, constitue un des facteurs les plus importants du fonctionnement d’une chaudière. Non seulement en termes de rendement, mais aussi d’économie.

Lorsque le bois utilisé pour faire fonctionner une chaudière est humide, il s’enflamme difficilement et sa combustion produit donc plus de fumée que de chaleur. Ce qui se traduit donc littéralement par une perte d’efficacité de l’appareil.

Pour le chauffage au bois résidentiel, on fait généralement recours à trois espèces de bois de combustion, et chacun d’eux fait l’objet d’un modèle particulier de chauffage. Il s’agit notamment :

  • Des bûches pour les chaudières à bûches.
  • Les plaquettes forestières pour les chaudières à plaquettes.
  • Les granulés ou pellets pour les chaudières à granulés.

Comment fonctionne une chaudière à bûches ?

Les chaudières à bûches existent sous deux modèles : les modèles à combustion montante et les modèles à combustion inversée.

Les premiers ont une combustion irrégulière et difficile à maîtriser. Ils sont donc généralement associés à un ballon tampon pour afin de mieux réguler la chaleur produite et d’offrir un meilleur rendement calorifique. L’inconvénient, c’est qu’associer un ballon tampon à une chaudière à bûche réduit la fréquence de remplissage de son silo d’alimentation à deux ou trois chargements par jour. Comparativement à d’autres appareils, elles sont donc moins autonomes.

Les seconds sont équipés d’un ventilateur circulant qui perfectionne les entrées d’air et optimise ainsi la qualité de la combustion. Ce qui leur permet d’atteindre des rendements de 90%.

Le point commun de ces deux modèles de chaudières à bûches, c’est qu’ils fonctionnent manuellement, car c’est à l’utilisateur d’effectuer la recharge en bois.

Comment fonctionne une chaudière à plaquettes ?

La particularité des chaudières à plaquettes est surtout liée à la nature des plaquettes de bois utilisées pour leur combustion. Habituellement, ces plaquettes sont des résidus de bois issus de l’exploitation forestière. Ces résidus de bois sont pressés et broyés, et leur petite taille optimise la vitesse et l’efficacité de la combustion. C’est ce qui confère aux chaudières à plaquettes un rendement performant (Environ 90%).

On retrouve les chaudières à plaquettes sous forme manuelle et automatique. Les secondes étant bien sûr de loin plus performantes que les seconds.

Comment fonctionne une chaudière à granulés ?

Les chaudières à granulés sont considérées comme des compléments écologiques à l’énergie solaire. Elles constituent la technologie de chauffage la plus automatisée des systèmes de chauffage au bois. Elles sont équipées de trois systèmes motorisés :

  • Une vis sans fin qui alimente automatiquement l’appareil en combustible en transportant les granulés de bois de la trémie à la chambre de combustion.
  • Un ventilateur d’extraction qui aspire la fumée et fait circuler le gaz de combustion dans l’appareil.
  • Un ventilateur de circulation qui oriente la traversée de l’air de l’échangeur de chaleur aux différentes pièces de séjour de la maison.

Pour faire fonctionner ces systèmes motorisés, la plupart des chaudières à granulés ont donc besoin d’une alimentation électrique. Il existe cependant des modèles de chaudières à granulés avec batteries intégrées, capables de fonctionnent même en cas de panne électrique.

En résumé, les chaudières à bois fonctionnent de manière automatique et manuelle selon le modèle choisi. Leur rendement est également fonction de la qualité du combustible choisi.